ILLUSIONS TPE
  Create an account
 • Home • Downloads • Your Account • Forums • 
INTRODUCTION
Introduction
 
L'OEIL
Description

Son Role
 
LE CERVEAU
Description

Son Role
 
ILLUSIONS
Artistiques

Optico-géomètriques

Autres types d'illusions
 
CONCLUSION
Conclusion
 
Artistiques




Illusions artistiques



Les illusions artistiques ne concernent pas vraiment une erreur d’interprétation de la part de l'humain, ni même une défaillance de l'oeil, le "truc" de l'illusion artistique réside dans différentes astuces utilisées lors de la création de l'oeuvre qui introduit une erreur. L'erreur réside dans un dilemme entre la sensation et la perception. Plus clairement, cela a lieu dans le cerveau, dans le cortex et précisément dans l’aire visuelle. L’aire visuelle qui reçoit le signal tel que l'oeil perçoit l'image, met en relation cette sensation avec l’aire d’association qui a pour but d'identifier l'image. L’aire d’association joue en quelque sorte un rôle de mémoire qui permet d'analyser l'image et lui associer un nom. Ainsi, en voyant une image inconnue mais qui ressemble très fortement à une image enregistrée dans l’aire d’association le cerveau n'arrive pas à interpréter l'image ou bien l'interprète mal et n'arrive pas à la comprendre. Ces illusions sont fixes et ne sont réalisables qu’en 2D sur une feuille de papier. Elles sont dues à plusieurs paramètres.

- L’illusion de perspective

On s'est souvent demandé quel était le principe de la perspective. La perspective représente aujourd'hui pour tous, une façon "normale" et banale de dessiner, permettant ainsi de représenter un objet dans l'espace. Cependant, la perspective est une illusion. Elle est même certainement l'illusion la plus courante, tellement courante qu'on en oublie sa nature. Le mot illusion renvoie à une vision impossible ou trompée, or le mot perspective s'associe plus facilement à une représentation 3D parfaitement correcte.



Voici un exemple de représentation en perspective d'un cube. Vous pouvez ainsi voir qu'à partir d'une simple représentation en perspective d'un objet de longueur, largeur et hauteur égale (x), on obtient une longueur de représentation nettement plus courte. Le cercle de centre O en est la preuve, hauteur et largeur ont la même dimension de représentation tandis que la longueur fait environ 2/3 de sa dimension en réalité. Il s'agit en fait de représentations bidimensionnelles planes de scènes tridimensionnelles possibles, connues.
En général, nous ne nous rendons pas compte que l'interprétation associée à une image, à une représentation, donc à une perception spécifique à un stimulus que nous nous faisons n'est qu'une interprétation influencée par notre phénotype. L'illusion réside dans le fait que la représentation en perspective modifie les dimensions et les angles. Le cerveau prend alors une habitude de cette représentation (qui est en fait une illusion) et interprète les stimulus avec ce raisonnement et, en raison de ces capacités limitées, n'est alors plus capable d'interpréter des figures semblables. Pour y croire nous devons alors bien souvent avoir recourt à un morceau de papier calque et un crayon afin de comparer les formes et dimensions qui sont en réalité identiques.



Ici il s'agit d'une illusion due à la perspective, voyez comme nos connaissances nous trompe : du fait de notre expérience à interpréter la perspective comme "normale" on a l'impression que ces deux personnages sont de taille différente, pourtant non ! Regardez maintenant leur visage, si vous deviez définir le sentiment que chacun exprime, vous donneriez la rage au poursuivant et la peur bleue au poursuivis, cependant les têtes sont exactement les mêmes.

- Les ambiguïtés de perspective

Dans certaines représentations en perspective, il est possible que le dessin porte à une interprétation ambiguë. En effet, le dessin bidimensionnel peut parfois donner plusieurs interprétations tridimensionnelles. Chacune des images construite à partir d'un point d'observation spécial peut donner lieu à plusieurs interprétations qui engendrent chacune une illusion ou une ambiguïté. Comme pour n'importe quelle ambiguïté c'est quand tous les sens et figures possibles ne peuvent être simultanées que l'effet rend le mieux.



Un exemple très connu d’ambiguïté de perspective. Comment interpréter cette image ? Est ce une tête derrière un bougeoir ? Ou voyez vous peut être deux demi visages de profil qui se regardent ?

- Impossibilité de perspective

L'impossibilité de perspective est bien plus surprenante que l'ambiguïté de perspective. En effet, la représentation d'un objet ne permettra pas d'en donner deux interprétations mais son interprétation sera impossible. Cet effet est obtenu par une maîtrise parfaire des effets de perspectives (longueurs, inclination, ombrage) tout en commettant un compromis ce qui donne une figure qui, dans une représentation tridimensionnelle ne serait pas toujours forcément impossible à réaliser, mais qui resterait très difficile et ne donnerait pas ce qu'on croit voir. Cependant d'autre figures pourraient sembler réalisables si on juge qu'il y a une erreur de perspective, en la réalisant, on aurait une figure interprétée et modifiée du dessin mais sa réalisation telle qu'elle en est représentée resterait impossible.



Il est en effet impossible de concevoir la réalisation d'une arche de ce type en respectant le dessin. Cet effet a été réalisé par déformation.

- Ambiguïtés entre figure et fond

Certainement une des illusions les plus connues étant donné que par un simple regard différent sur la perspective, le fond devient la figure et la figure devient fond. Il s'agit d'une inversion de la perception, en exploitant la modélisation et la symétrie tridimensionnelle, nous pouvons faire apparaître deux interprétations possibles d’une image. La clé de cette illusion réside tout d'abord dans la forme. Ensuite avec des effets d'ombrage et de relief, en accentuant la perspective de l'une ou de l'autre des interprétations, une est généralement perçue prioritairement, cependant là aussi, l'habitude et l'expérience de l'observateur jouent énormément sur l'interprétation.



Ci-dessus vous pouvez admirer la célèbre oeuvre Aude, un peu spéciale dans sa catégorie mais très réussie. Spéciale car ici la première interprétation (le visage de femme) comporte la seconde interprétation (un saxophoniste) par différence de couleur tandis qu'habituellement l’ambiguïté entre figure et fond représente 2 choses qui se complèmentent. Le fond de l'une est la figure de l'autre et inversement.

- Rapport figure/fond impossible !

Bien plus qu'une simple ambiguïté, l'impossibilité de rapport figure/fond est un dessin tout à fait plausible dans une représentation tridimensionnelle et c'est bien souvent un objet dont nous avons l'habitude de percevoir. Cependant en y apportant un peu plus d'attention, on se rend vite compte que les dessins sont des représentations d'objets impossibles. Ceci est du au fait que nous sommes totalement incapable d'analyser le fond pour en tirer la figure du fond ils se mélangent l'un à l'autre ! Il ne s'agit donc pas d'une double possibilité mais d'une impossibilité !



Ce temple grec vous rappelle vos cours d'histoire ? Et pourtant... Regardez un peu les pylônes qui le supportent, observez les de haut en bas, vous verrez que les pylônes de derrière constituent le fond des pylônes de l'avant et inversement.

- L’ambiguïté objective

L'ambiguïté objective, ne consiste pas en une faute d'interprétation et encore moins à une interprétation différée selon l'angle de vue. Elle n'est pas due à une représentation modifiée comme la perspective, où d'un point à un autre, selon le placement de la vue du spectateur l'image peut être interprétée différemment, mais ici, l'interprétation est plutôt influencée par la position de l'oeuvre mais surtout par les connaissances et l'expérience de la personne. En effet, dans les figures d'illusion à ambiguïté objective, une personne peut très bien interpréter l'image d'une façon et d'un moment à l'autre lui accorder une toute autre interprétation. Autre cas, deux personnes peuvent, au premier abord interpréter l'image de façon totalement différente. Ou encore, l'une peut ne pas réussir à interpréter de toutes les façons possibles l'image tandis que l'autre pourra le faire facilement.
Cette ambiguïté réside tout d'abord dans la création de l'oeuvre. En effet, c'est l'artiste qui, par déformation de son idée, porte à une double interprétation possible. Ensuite, le rôle du cerveau, notamment au niveau de l’aire d’association joue un très gros rôle. Selon les habitudes des personnes, elles interpréteront tout d'abord l'une ou l'autres des interprétations possibles. Enfin, les différences de facilité d'interprétations possibles sont dues à une facilité de raisonnement et une facilité à rechercher d’autres hypothèses. Il a été prouvé qu'une personne têtue ou trop sûr d'elle ne réussisse à interpréter que d'une manière l'image, notamment sans l'aide et le commentaire d'une autre personne. Il est généralement possible de favoriser l'interprétation d'une certaine manière grâce à une observation guidée (sens de l'oeuvre, jeu de lumière, point de vue...).



Que voyez vous ? Certains répondront un canard, d'autre un lapin, les deux interprétations sont bonnes. Il y a cependant une plus forte probabilité de répondre un lapin étant donné la position de l'oeuvre.

- Auto-référence symbolique et graphique

L'auto-référence consiste à utiliser l'objet en y faisant référence de manière directe ou indirecte. Soit pour le nommer ou y faire allusion et donc faire un fondu entre sa représentation et sa référence (par exemple l'objet forme une lettre, la lettre forme un objet) soit à produire des régressions infinies qui donne des anomalies davantage sur le plan conceptuel que visuel. Pour l'auto-référence graphique, la régression infinie peut avoir une allure explicite, c'est à dire que la représentation est évidente à comprendre, on sait ou démarre l'image et qu'elle est infinie. Dans d'autres cas, la régression infinie est dire implicite, elle suggère une réflexion et remet en question l'interprétation du spectateur.



Voici un exemple même d'auto-référence graphique explicite. Il y a une régression à l'infinie de l'image. Bien sûr, dans la pratique l'image se termine par un gros point noir. Sur un écran d'ordinateur il sera plus ou moins possible de voir une limite plus éloignée grâce un effet de loupe en fonction de la résolution de l'image.









Copyright par ILLUSIONS TPE Tous droits réservés.

Publié le: 2003-12-05 (133 lectures)

[ Retour ]
 
site realisé par :
GOUESLARD Antoine
FONTAINE Maxime
GERARD Maxime

Site réalisé avec FS-Nuke qui est une adaptation de PHP-Nuke à free.fr. Tous droits réservés. PHP-Nuke est un logiciel libre réalisé sous licence GNU/GPL.
Page Générée en: 0.079 Secondes

:: fisubice phpbb2 style by Daz :: PHP-Nuke theme by www.nukemods.com ::